Anne-Laetitia Béraud pour 20 Minutes 

L

e candidat à la présidentielle François Fillon se rend à Bordeaux mercredi, où il va déjeuner avec son ancien rival Alain Juppé…

La réconciliation des anciens rivaux de la primaire à droite s’opère pas à pas. Après avoir rencontré Nicolas Sarkozy le 13 janvier, le candidat à la présidentielle François Fillon se rend à Bordeaux ce mercredi, où il va rencontrer Alain Juppé. Dans le fief juppéiste, François Fillon va visiter l’entreprise Thalès, déjeuner avec Alain Juppé avant de passer à la Cité du vin puis assister au lancement du mouvement « DroiteLib » de Virginie Calmels. Le déjeuner des deux anciens Premiers ministres, tout d’abord annoncé « privé » par l’équipe de François Fillon, est finalement ouvert à la presse pour un « tour de table images ». Cette autorisation doit permettre de fixer sur les pellicules la réunion des anciens concurrents.

La visite bordelaise de François Fillon intervient à un moment opportun, alors que l’entre-deux tours de la primaire PS voit s’affronter Benoît Hamon et Manuel Valls. Entre les accusations de manipulations en passant par les attaques contre Benoît Hamon à propos de la laïcité, la gauche se charge elle-même des hostilités.

Face à ces querelles, la droite a beau jeu de claironner son « rassemblement ». A Bordeaux, « on vient montrer le rassemblement face à l’éclatement de la gauche », résume à 20 Minutes Benoist Apparu, porte-parole de François Fillon. « Après le temps du repos nécessaire après la défaite, le symbole d’un Alain Juppé recevant François Fillon dans sa ville est à la fois fort et élégant », se réjouit Philippe Vigier, également porte-parole de François Fillon. Quant à la date de cette visite, elle est idéale : « La concordance des temps est en effet heureuse, se réjouit le chef des centristes à l’Assemblée nationale. Cette visite à Bordeaux se tient au lendemain d’une rencontre forte avec Angela Merkel et durant l’entre-deux tours de cette primaire PS loupée. François Fillon montre ce qu’est le rassemblement ».

« Une opération très, très électorale ! »

Une parole nuancée par un soutien juppéiste bordelais. « La venue de Fillon à Bordeaux ? C’est une opération très, très électorale ! », rigole ce proche, pointant l’opération de communication derrière la rencontre des anciens rivaux. Car depuis la victoire de François Fillon à la primaire, le calme est plat entre les deux hommes. Retourné dans son fief après une campagne « ignominieuse », Alain Juppé a affirmé « se consacrer pleinement à sa tâche de maire de Bordeaux ». Pas question, pour l’ancien candidat, de devenir le chauffeur de salle de François Fillon en vue de la présidentielle.

L’escapade bordelaise de François Fillon représente aussi une belle opportunité pour une proche alliée d’Alain Juppé. Après son déjeuner bordelais, François Fillon vient assister au lancement officiel du mouvement « DroiteLib » de Virginie Calmels, la première adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. L’ancienne patronne d’Endemol France, candidate LR aux régionales 2015 puis porte-parole d’Alain Juppé durant la primaire, figure désormais dans le comité stratégique et dans le pôle « société civile » de l’équipe de campagne de François Fillon. Une place de choix alors qu’Alain Juppé semble tourner la page.

Meeting le jour de la primaire PS

« La venue de François Fillon pour le lancement du mouvement de Virginie Calmels est une belle reconnaissance », juge Philippe Vigier. « C’est mérité. Virginie Calmels est un atout maître. Elle vient du monde de l’entreprise, elle a du pep’s et est bourrée de talents », dit d’elle l’ancien soutien d’Alain Juppé à la primaire à droite.

Quant à François Fillon et Alain Juppé, ils pourraient continuer à fumer le calumet de la paix. Alain Juppé devrait assister, selon L’Opinion, au grand meeting de campagne du candidat à la présidentielle, dimanche à La Villette… le jour même du second tour de la primaire PS.

Recent Posts