Par  Elsa Provenzano

« 

Nous avons notre station F (grand campus de start-up lancé par Xavier Niel) a lancé Virginie Calmels, présidente du conseil d’administration de Bordeaux Euratlantique lors de la visite du chantier organisé pour les partenaires du projet ce jeudi à Bègles. A Paris, elle fait 30.000 m2 et ici nous avons 26.000 m2 pour les entreprises ».

L’opération a été imaginée en 2013, à partir d’une idée de Noël Mamère ancien maire de Bègles, quand la Poste lui a annoncé qu’elle fermait son centre de tri postal. Les travaux ont commencé à l’été 2015. Annoncés comme rapides puisque s’appuyant sur l’ossature existante du bâtiment, ils ont néanmoins pris du retard. La première tranche sera livrée au printemps 2018 et la seconde à l’automne pour une installation programmée en fin d’année 2018.

Un « très grand groupe » bientôt annoncé

Le taux de commercialisation auprès des entreprises du numérique est de 80 % à ce stade et de 100 % pour les locaux proposés à la vente en état de futur achèvement. Dans quelques semaines, l’établissement public d’aménagement Euratlantique devrait annoncer le nom d’un « très grand groupe » du secteur, présenté comme la future locomotive du site.

Au niveau local, on sait déjà que Be Tomorrow, entreprise de développement informatique, Dronisos, qui développe des applications logicielles pour les drones, Marbotic, qui crée des jeux interactifs pour les enfants, Samboat, qui organise la location de bateaux entre particuliers, Fabzat, service d’animation et d’imagerie 3D et  Parking Facile, qui a développé une application  pour faciliter le stationnement des automobilistes seront par exemple installées sur le site.

Si l’idée est de construire un espace ouvert où ces sociétés puissent échanger et construire des projets ensemble, sur le mode d’un écosystème à la Darwin, elles sont pour certaines d’entre elles directement concurrentes et tiennent en cela à une certaine confidentialité. « On avait proposé la création d’un data center en amont du projet, raconte Stéphan de Faÿ, directeur de Bordeaux Euratlantique, mais les entreprises nous ont expliqué que la conservation des données étant un enjeu tellement stratégique, elles préféraient s’en charger elles-mêmes ».

Des services proposés aux entreprises

20.000 m2 seront consacrés à l’installation des entreprises qu’elles soient confirmées ou jeunes start-up et, 5000 m2 accueilleront des services : un restaurant, une crèche, une conciergerie et une école du numérique. « On attend encore un aubergiste, les candidatures sont ouvertes », a lancé Virginie Calmels. « On va aussi construire avec Vilogia (groupe privé d’immobilier social) une résidence pour les salariés, entre les Terres Neuves et la Cité Numérique », complète Stéphan de Faÿ.

Au départ, environ un millier d’emplois devait être hébergé sur le site mais ce chiffre pourrait évoluer à la hausse. « Selon la réglementation en matière de sécurité, le site peut accueillir 3.000 personnes au total », précise le directeur de Bordeaux Euratlantique. L’établissement est promoteur investisseur sur ce projet qu’il soutient à hauteur de 40 millions d’euros et la Foncière des régions vient de le rejoindre au rang des investisseurs à long terme.

Recent Posts