L

a réduction de la dépense publique représente pour moi un principe essentiel : le poids de la sphère publique sur l’économie est trop important, et il est de la responsabilité de chaque dirigeant politique, à l’heure où les Français croulent sous les impôts, de rechercher les moyens d’améliorer les services publics tout en réduisant leur coût.

 

C’est donc ce que j’ai fait dans le périmètre de ma délégation à la Ville. Dès le processus budgétaire pour 2015, j’ai réduit de 26 %, soit 124 K€, les crédits de fonctionnement et de moyens généraux alloués aux services du développement économique, qui sont ainsi passés de 470 K€ à     346 K€. L’effort a notamment porté sur les subventions accordées par la Ville, qui ont été baissées de 11 %.

 

Cet effort budgétaire a été maintenu pour le budget 2016, avec une diminution de 5 %, soit   62 K€, du budget alloué aux subventions. Dans le même temps, les recettes ont progressé de 14 K€, du fait des succès des pépinières de la Ville, qui s’est mécaniquement ressenti dans les loyers perçus.

 

Cette baisse de la dépense publique s’est accompagnée d’une véritable amélioration du service public, puisque nous avons sauvé et pérennisé la Maison de l’Emploi de Bordeaux. La situation était en effet extrêmement grave, du fait du désengagement de l’État, dont la participation depuis 2012 avait été divisée par 3, soit une baisse de 400 K€ de subventions, et de la baisse concomitante des crédits du Fonds Social Européen de 100 à 200 K€ par an.

 

Face au danger d’une fermeture de la Maison de l’Emploi, nous avons mené avec Yohan DAVID un ambitieux projet de restructuration en moins de 6 mois, avec une stabilisation du budget à hauteur de 1,8 M€, et avons élaboré un projet associatif collaboratif avec les équipes internes et les partenaires pour les 3 ans à venir. Afin de casser les ruptures territoriales qui souvent approfondissent les inégalités devant l’emploi, nous avons demandé à la Maison de l’Emploi de déménager son siège dans un quartier prioritaire des politiques de la Ville afin de favoriser au maximum l’égalité des chances et de se porter au contact des populations connaissant le plus de difficultés à retrouver un emploi. Une convention a également été élaborée en partenariat avec Pôle Emploi pour harmoniser nos pratiques, approfondir la collaboration et optimiser la complémentarité des actions de ces différentes institutions.

En collaboration avec Patrick BOBET, Vice-Président de la Métropole aux Finances, je compte mettre en œuvre les mêmes principes de réduction de la dépense publique dans le cadre de  ma vice-présidence à la Métropole. Les discussions budgétaires sont encore en cours, mais je peux déjà annoncer que je réduirai les crédits de fonctionnement des services dépendant de ma délégation pour le budget 2016. Ces réductions budgétaires auront pour effet de donner plus de poids aux crédits d’investissement, qui représenteront 23,3 M€, soit 78 % du budget prévisionnel alloué au développement économique pour 2016, qui s’élèvera à 29,8 M€.

 

Ce qui est important pour moi, c’est d’avoir un ratio fonctionnement / investissement vertueux pour être en phase avec ce qu’attendent les citoyens. Ils souhaitent que l’argent  public, leur argent, soit investi dans les infrastructures, dans les outils du quotidien. Voici ce que doit être l’objectif premier de l’action publique : bien gérer l’argent public et l’investir au bénéfice des citoyens.

Recent Posts