Par SV, vidéo : E. Galand / B. Joucla-Parker

R

éunis à Bordeaux ce vendredi, acteurs économiques et politiques ont échangé sur les retombées de l’arrivée de la LGV. Des milliers d’emplois à la clef et une plus grande facilité de circulation des hommes et des affaires.

L’arrivée de la LGV à Bordeaux est un accélérateur de croissance aux nombreuses retombées économiques, notamment pour les nouveaux quartiers Euratlantique.

4 000 salariés vont s’installer dans le quartier Euratlantique d’ici à 2019 « 

explique Stephan de Faÿe, directeur général de Bordeaux Euratlantique.

Euratlantique, c’est 750 hectares qui mèlent bureaux et logements. La dynamique économique portée par la LGV s’étend au-delà de la Métropole. En plein restructuration, la gare de Bordeaux-Saint-Jean jouera un rôle fondamental. Les habitants du Libournais ou du Bassin d’Arcachon profiteront de ce  » hub  » pour prendre la LGV à Bordeaux. D’où la nécessité de renforcer les TER et de terminer la mise à 2 fois 3 voies de la rocade.

Le temps gagné entre Bordeaux et Paris ne peut pas être perdu dans les embouteillages de la rocade « 

explique Virginie Calmels, vice-présidente de Bordeaux Métropole, adjointe au maire de Bordeaux, en charge de l’Economie, de l’Emploi et de Croissance durable et présidente de Bordeaux Euratlantique.

Les travaux de la LGV tiennent les délais. Paris sera à 2h 04 de Bordeaux à partir du 2 juillet 2017, 33 allers-retours quotidiens sont programmés.

Cela fera 35 000 places par jour dans les deux sens. C’est énorme… »

s’enthousiasme Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF.

Et c’est dans les nouvelles rames Océanes que seront transportés les passagers. D’une capacité de 556 places, dotés d’un étage, ces trains sont la 4ème génération de TGV. Ils seront présentés au public en gare de Bordeaux le 14 octobre prochain.

Recent Posts