Florence Pérusin pour France Bleu Gironde

L

a première adjointe d’Alain Juppé à Bordeaux, également conseillère régionale Les Républicains, était ce jeudi matin l’invité spéciale de France Bleu Gironde. A trois jours du premier tour de la primaire de la droite, elle estime qu’il est impossible de savoir ce qu’il se passera dimanche soir.

Elle en fait une ligne de conduite : Virginie Calmels le dit et le répète, il faut savoir rester humble et ne pas se croire vainqueur avant que les choses ne soient faites. Autrement dit, la seule certitude selon elle à trois jours du premier tour de la primaire de la droite et du centre, c’est que rien n’est sûr.

 Macron le banquier de Rothschild déconnecté de la réalité

En revanche, la première adjointe bordelaise assure ne pas être effrayée par celui dont tout le monde parle depuis mercredi : le désormais candidat Emmanuel Macron. Comme beaucoup, elle pointe du doigt son inexpérience politique et estime qu’il aurait d’abord dû passer par un mandat local avant de se lancer dans cette course à la présidentielle.

 

Maire de Bordeaux, un mandat à temps plein

Si Alain Juppé remporte la primaire, Virginie Calmels confirme qu’elle est programmée pour lui succéder dans le fauteuil de maire. En revanche, elle a annoncé ce jeudi matin sur France Bleu Gironde, que si elle était élue au Palais Rohan, elle laisserait sa place de candidate aux législatives sur la 2e circonscription de Bordeaux.

Recent Posts