Philippe Cloutet  pour AQUITAINE ONLINE

Q

uébec, Wallonie, Abidjan, Montréal, les actions s’enchaînent pour aider les entreprises innovantes bordelaises à rayonner en terres francophones. Une première réflexion a été menée en avril dernier, lors des rencontres d’affaires « La Grande Jonction », à Bordeaux pour encourager ….

…. une fertilisation croisée entre ces territoires particulièrement dynamiques, notamment grâce aux FrenchTech hubs de Montréal, d’Abidjan, et bientôt de Bruxelles.

Après une première mission de startups bordelaises début novembre à Namur où étaient également conviées des entreprises québécoises, l’association FrenchTech Bordeaux et Bordeaux Métropoleorganisent cette semaine une première mission à Abidjan en Côte d’Ivoire où les startups bordelaises partagent plusieurs étapes de leur programme avec des Montréalais.

« Sous la bannière de la Francophonie numérique, nos startups gagnent un temps précieux : elles vont à un endroit précis, y retrouvent d’autres chefs d’entreprises francophones et prospectent ainsi plusieurs marchés à la fois » explique Virginie Calmels, vice-présidente de Bordeaux Métropole et adjointe au maire de Bordeaux en charge du développement économique, de l’emploi et de la croissance durable.

L’expérience montre que pour une startup qui veut s’attaquer à l’international, les marchés francophones représentent souvent un premier pas plus aisé et plus rapide à faire. En effet, se projeter sur les énormes marchés indien, chinois ou brésilien demande un long investissement pour comprendre la culture locale, identifier les acteurs-clés, éviter les écueils… L’accès aux marchés québécois, belge ou africain n’est pas pour autant une évidence, il faut s’y préparer sérieusement, mais la barrière culturelle est moins haute. C’est une bonne première expérience de l’international.

C’est la raison pour laquelle Bordeaux Métropole renforce depuis deux ans ses relations économiques avec le Québec, et la Belgique francophone. Aujourd’hui, dans le sillage de la création du 1er FrenchTech Hub d’Afrique à Abidjan, début 2016, mais aussi de la coopération menée depuis plusieurs années par la CCI de Bordeaux avec la CCI de Côte d’Ivoire, l’association FrenchTech Bordeaux a décidé de regarder de plus près les opportunités qui éclosent dans la première économie de l’Afrique de l’Ouest.

« La transition numérique que nous connaissons en Europe est, en Afrique, une véritable révolution numérique. Avec une croissance annuelle moyenne de + 5 % depuis le début des années 2000 et une population qui devrait atteindre 2,5Mds en 2050, le continent absorbe les technologies numériques à une vitesse phénoménale. Dans une étude de 2013 citée par La Tribune, la contribution de l’internet au PIB africain en 2025 est estimée à 300 milliards de dollars, dont 75 milliards pour le commerce en ligne » explique Pierre de Gaétan Njikam, adjoint au maire de Bordeaux chargé des relations avec l’Afrique subsaharienne.

Du 29 novembre au 2 décembre 2016, 5 entreprises (Sunna Design, Gazelle Tech, Room4Talk, Gertrude et Addeo) ainsi que Kedge Business School, la CCI de Bordeaux, l’association FrenchTech Bordeaux et Bordeaux Métropole travaillent ensemble à Abidjan en marge de l’Africa Web Festival (6000 participants, plus important événement de promotion du numérique en Afrique de l’Ouest francophone). Leur programme prévoit des entretiens avec le ministère ivoirien de l’économie numérique, avec l’administration du district autonome d’Abidjan, avec le bureau Business France de l’Ambassade de France à Abidjan, des rencontres d’affaires avec l’écosystème ivoirien de startups grâce au Patronat ivoirien, à la CCI de Côte d’Ivoire, au FrenchTech Hub d’Abidjan, des visites d’incubateurs et d’espaces de co-working.

Dans son approche « Francophonie numérique », la délégation bordelaise associe à son programme des startups montréalaises, un représentant de Wallonie-Bruxelles International et un directeur d’incubateur-accélérateur de Montréal.

Cette première mission collective FrenchTech Bordeaux à Abidjan vise quatre objectifs :

  • aider les entreprises innovantes bordelaises à identifier des opportunités de business, et des structures locales sur lesquelles s’appuyer à l’avenir.
  • identifier des incubateurs-accélérateurs ivoiriens susceptibles d’établir un partenariat avec un homologue bordelais, pour faciliter la circulation des startups entre Bordeaux et Abidjan.
  • développer une approche multilatérale qui permet de promouvoir simultanément les entreprises bordelaises auprès d’autres partenaires francophones prioritaires que sont le Québec et la Wallonie.
  • préparer les étapes suivantes auxquelles seront conviées des entreprises ivoiriennes en 2017 :

* les rencontres BtoB lors de la « Grande jonction » en ouverture du salon professionnel Cartoon Movie le 8 mars 2017, sur le thème des industries créatives numériques et en particulier jeu vidéo, cinéma d’animation, image 3D, réalité virtuelle ;
* la résidence entrepreneuriale Bordeaux-Afrique : 4 semaines de découverte de l’écosystème bordelais et de formation, pour des chefs d’entreprises africains, en mars-avril 2017 ;
* les Rencontres numériques Afrique – France à Bordeaux en mars 2017 ;
* une action conjointe de chefs d’entreprise du Québec, de Wallonie, d’Abidjan et de Bordeaux sur le thème « Startups au féminin », dans le cadre des Jeux de la Francophonie à Abidjan en juillet 2017.

 

http://www.aquitaineonline.com/actualites-en-aquitaine/bordeaux-metropole/6782-frenchtech-bordeaux-mission-abidjan.html

Recent Posts