D

eux soutiens de poids à François Fillon étaient hier en meeting à la chapelle des Jésuites, Virginie Calmels (1re adjointe au maire de Bordeaux, Alain Juppé) et Hervé Mariton (député de la Drôme). De poids , car comme il l’ont tous deux rappelé hier à la tribune, anciens féroces partisans de Juppé lors des primaires de la droite et du centre, ils sont rentrés dans le rang et ont rejoint le candidat Fillon. Un rappel comme pour railler les socialistes et «les coups de poignard que subit Benoît Hamon» depuis sa victoire. De quoi «s’enorgueillir» même, d’après la 1re adjointe au maire de Bordeaux et fondatrice du mouvement DroiteLib. «Nous nous retrouvons autour des grandes questions régaliennes, l’économie, la sécurité, l’éducation. Bien sûr, nous avons des divergences sur les sujets sociétaux, certains sont conservateurs, d’autres plus progressistes, mais notre famille est unie, et si nous gagnons, nous gouvernerons avec l’UDI et Sens Commun, en passant par les libéraux», a déclaré l’élue bordelaise.

L’ultime ligne droite

Environ 150 personnes étaient venues hier assister à ce meeting, au cours duquel il a longuement été question du projet de François Fillon, mais aussi et surtout de ses adversaires. Jean-Luc Mélenchon d’abord, «un très bon orateur, charismatique mais qui ne dit pas la vérité aux Français», Marine Le Pen «qui voudrait restreindre notre espace et refermer notre pays, ce n’est pas notre projet économique et ce ne sont pas nos valeurs» et enfin Emmanuel Macron, «le moins pire, mais j’en ai assez de la politique du moins pire», s’est exprimé le député de la Drôme Hervé Mariton.

Mais l’ex-ministre de Chirac n’est pour autant pas des plus sereins quant au résultat final de cette présidentielle. Il a tenu à rappeler aux sympathisants présents que l’élection était loin d’être gagnée, et qu’il ne «croyait pas à cette idée que nous aurions des dizaines de millions d’électeurs cachés, qui viendraient sans effort voter Fillon ce dimanche. Je ne crois pas non plus à une défaite évidente. C’est pour cette raison que vous devez encore, jusqu’au dernier moment, continuer à vous mobiliser et à convaincre autour de vous».

À cette heure, le candidat de la droite et du centre est toujours disqualifié du second tour dans toutes les enquêtes d’opinion.

À quelques jours du 1er tour de l’élection présidentielle, Les Républicains de l’Aude tentent une ultime offensive dans le département pour forcer le destin et qualifier le candidat Fillon.

Le chiffre : 150

Électeurs> A la chapelle des Jésuites. Ils étaient quelques 150 à être venus écouter les discours de Virginie Calmels, 1re adjointe au maire de Bordeaux Alain Juppé, et Hervé Mariton, député de la Drôme, en soutien à la candidature de François Fillon à l’élection présidentielles.

Recent Posts