Pascal Rabiller pour La Tribune Bordeaux

A

 l’occasion de l’assemblée générale de BGI, agence de développement économique de Bordeaux et de la Gironde, Alain Juppé, maire de Bordeaux, a confirmé la présentation, en juin prochain, d’une stratégie marketing de la métropole pour attirer toujours plus d’entreprises.

Dans le cadre de l’assemblée générale de BGI, l’agence de développement économique de Bordeaux et de la Gironde (221 adhérents, 15 collaborateurs, 2,3 M€ de budget annuel) a présenté un bilan de très bon niveau.
Son président, Alain Cougrand, a présenté, pour l’exercice 2015, des chiffres en forte augmentation par rapport à 2014 en matière d’implantations d’entreprises et de potentielles créations d’emplois. BGI, à travers sa marque commerciale Invest In Bordeaux a accompagné 72 entreprises dans leur implantation, extension ou relocation, soit le double de l’an dernier. La perspective de créations d’emplois liées à ces dossiers atteint le chiffre de 1.400 emplois à 3 ans.

« Nous avons traité 300 dossiers d’entreprises intéressées par Bordeaux et sa région, souligne Alain Cougrand. Le nombre d’implantations actées ou réalisées progresse de 50 % par rapport à 2014 », ajoute le président de BGI qui égratigne, au passage, la relative efficacité de Business France, structure étatique « sensée nous aider à identifier des dossiers potentiels d’implantations… mais qui en a porté 4 sur les 72 de 2015. »

Reste que les chiffres annoncés par l’agence de développement économique témoignent de l’attractivité réelle de Bordeaux sur le plan des affaires. Il faut noter que si Invest In Bordeaux a décidé de stopper ses missions de prospection en Asie, 16 dossiers d’implantations et/ou d’investissements concernent des entreprises étrangères. Elles viennent principalement d’Amérique du Nord, UK, Allemagne ou encore Belgique.

« Une attractivité qu’il faut encore améliorer, soulignait Alain Juppé ce matin. J’attends beaucoup de la nouvelle stratégie marketing de la Métropole. Une stratégie d’attractivité économique qui doit nous permettre d’affiner notre image, de mettre en avant nos spécificités et déboucher sur une véritable « marque » Bordeaux », poursuivait-il.

Bordeaux « Business friendly »

Virginie Calmels, première adjointe, en charge de ce dossier baptisé « Mission Bordeaux Attractivité », a apporté des précisions à son maire et aux adhérents de BGI – Invest In Bordeaux.

« Nous présenterons le résultat de nos travaux au mois de juin. La stratégie marketing territoriale en matière d’attractivité économique sera dévoilée à cette occasion. Nous devons impérativement mettre en avant une métropole bordelaise business friendly, faciliter les implantations d’entreprises, continuer de chasser en meute, jouer collectif,  pour attirer les entreprises. »

Attirer les entreprises, une des obsessions du maire et de son équipe. Alain Juppé n’a d’ailleurs pas hésité à rappeler, au moment de parler d’Euratlantique et de la cité d’affaires qui est en train de sortir de terre, qu’il attendait d’Invest In Bordeaux de faire en sorte que « que l’emploi exogène, ramené de l’extérieur de la région voire du pays, vers Bordeaux, puisse représenter 50 % des emplois de ce nouveaux quartier ».
En attendant, et même si, comme le souligne Alain Juppé, il y a des progrès à faire en matière de mobilité, Bordeaux dispose d’un atout souligné par Invest In Bordeaux que peu de métropoles françaises ont : du foncier disponible. Et puis comment ne pas parler de la qualité de vie, ou du patrimoine puisque cela semble participer de l’attirance des entreprises pour Bordeaux. A l’occasion du congrès sur les transports intelligents ITS, une société, IXXI, s’est laissé facilement « draguer » par la ville. Résultat : elle vient de décider de s’installer à Mérignac où elle va employer 50 développeurs.

Recent Posts