L

 e site bordelais de Saft, leader mondial des batteries de haute technologie pour l’industrie et la défense, a reçu ce matin la visite de Virginie Calmels, qui a profité de la Semaine de l’industrie pour venir découvrir cette pépite de l’industrie implantée au cœur de la ville.

122 M€ de chiffre d’affaires, 659 salariés sur un site de 78.500 m2 : les entreprises du secteur industriel de l’envergure de Saft ne sont pas légion au cœur de Bordeaux. C’est ce qui a valu au leader mondial des batteries de haute technologie de recevoir à sa demande Virginie Calmels, curieuse à l’occasion de la Semaine de l’industrie de découvrir ce fleuron de l’économie bordelaise, dont le nouveau directeur nommé en décembre dernier, Serge Fouilhaux, ne pouvait être présent ce matin. L’adjointe au maire de Bordeaux, chargée de l’économie, de l’emploi et de la croissance durable, n’a pas été avare de son temps pour arpenter les entrepôts de production comme le centre de recherche en connaissance de cause : le groupe Saft (759,4 M€ de CA en 2015, en hausse de 11,9 %), dont le siège social se trouve à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), a en effet choisi Bordeaux, dont le site a été créé en 1949, pour implanter son centre mondial de recherche, activité primordiale pour l’entreprise.

D’ailleurs les cadres représentent une part importante de l’effectif de ce site bordelais qui assure une activité à forte valeur ajoutée – « Bordeaux est une ville attractive : quand on recrute c’est clairement un point fort », a précisé Serge Llompart, responsable production de Saft Bordeaux, en s’adressant à Virginie Calmels, ravie de ce commentaire alors qu’elle rentrait juste du Mipim de Cannes, salon international de l’immobilier, au cours duquel elle est intervenue en tant que vice-présidente de la Métropole pour vanter l’attractivité de Bordeaux au côté de Stéphan de Faÿ, directeur général de l’EPA Bordeaux Euratlantique.

Des marchés très diversifiés

Sur les 659 personnes qui travaillent sur le site bordelais, 252 sont affectées au service R&D. Une R&D qui profite à l’ensemble du groupe qui emploie 4.078 collaborateurs dans 18 pays, à travers un réseau de vente mais aussi 14 sites de production répartis dans 9 pays. Outre l’Europe, le groupe compte 4 sites de production aux Etats-Unis, 1 en Inde et en Chine où il est en train de doubler son usine.

Saft adresse quatre groupes de marchés, les transports (ferroviaire et aviation principalement) qui représentent 23 % de son activité, l’électronique civile (27 %), les applications stationnaires de secours en train de basculer vers le lithium ion à 38 % (télécoms, infrastructures industrielles et énergies renouvelables) et l’espace et défense (12 %). Des clients et des marchés très diversifiés, « ce qui fait la force de Saft », a tenu à préciser Serge Llompart lors de cette visite.

Avec le basculement évoqué sur le lithium ion qui implique service et maintenance, dont la production concerne également les sites de Nersac (près d’Angoulême) et de Jacksonville aux Etats-Unis – site qui, pour l’anecdote, a reçu fin février la visite de Barack Obama – Saft Bordeaux engage un véritable tournant, les services montant en puissance pour représenter autant que la production dans son volume d’activité.

Illustration récente de cette évolution : l’annonce mardi dernier d’un contrat signé avec la société Windmar pour la fourniture de trois systèmes de batteries lithium ion de forte puissance qui garantissent plus de dix années de fiabilité et permettront de stabiliser le réseau électrique de l’île de Porto Rico et d’y intégrer une plus grande quantité d’énergie photovoltaïque renouvelable.

Recent Posts