Céline Lanusse pour La Tribune Bordeaux

I

l y a un an était créé le Conseil des professions libérales de Bordeaux (CPLB), première instance du genre en France. L’objectif était d’accompagner les 5.000 professionnels libéraux réglementés installés à Bordeaux dans leur développement et de leur donner davantage de visibilité. Premier bilan.

Rappeler aux acteurs économiques bordelais qu’il y a des compétences en local dans tous les domaines, tel était l’objectif de la mairie il y a un an lorsqu’elle a lancé avec différents ordres professionnels la Conseil des professions libérales de Bordeaux, première instance du genre en France. L’objectif était de mettre en avant les 5.000 professionnels installés à Bordeaux, les fédérer et les promouvoir à travers la diversité de leurs métiers, que ce soit dans le secteur de la santé (médecins, infirmiers, pharmaciens), du droit (avocats, huissiers de justice, notaires) ou du technique et du cadre de vie (architectes, experts-comptables, agents généraux d’assurance…).

Dressant un premier bilan, Pierre-Jean Meyssan, président de la Chambre des notaires de la Gironde, a rappelé la rapidité de la mise en place de ce conseil, les deux rendez-vous organisés en 2015 en plus des rencontres mensuelles : une conférence thématique sur l’accessibilité des locaux professionnels pour les handicapés, sujet épineux s’il en est ; une Rencontre des professions libérales de Bordeaux sur la thème de « L’éthique de la pratique professionnelle » avec Axel Khan.

Deux rendez-vous sont déjà programmés pour 2016 : le 19 mai, avec une conférence sur les formes sociétales d’exercice pour les profession libérales (les formes possibles, leurs avantages, leurs incidences juridiques, fiscales, patrimoniales) ; le 24 novembre, avec une Rencontre des professions libérales de Bordeaux sur le thème « Vente et services par Internet : quels enjeux, quels risques, les changements des modes de travail et de service, par qui se faire conseiller ? ».

Recent Posts