V

irginie Calmels était l’invitée de l’émission Le Talk présentée par Yves Thréard, le 17 janvier 2017 sur Le Figaro TV.

« IMPOSTURE », « DÉMAGOGIE ». C’est avec ces mots que Virginie Calmels qualifie Emmanuel Macron quand il veut, selon elle, « faire croire qu’il est hors système ». Invitée mardi du « Talk Le Figaro », la première adjointe LR au maire de Bordeaux et fondatrice de la DroiteLib a rappelé que l’ancien ministre de l’Économie était un énarque, haut fonctionnaire, ancien banquier d’affaires chez Rothschild avant de devenir conseiller à l’Élysée, puis ministre de l’Économie. « On a toujours raison d’assumer ce que l’on est. Avec Macron, c’est de l’usurpation de faire croire que l’on est quelqu’un d’autre. (…) Pour moi, il est loin d’être la définition d’un antisystème », a lancé l’ancienne présidente d’Endemol France. Virginie Calmels a précisé qu’elle se considérait, elle, comme n’appartenant pas à l’establishment. « J’ai passé vingt ans en entreprise, je fais de la politique depuis trois ans. Je considère être antisystème », a-t-elle affirmé.

« Une alternance forte et claire »

Cette fidèle d’Alain Juppé, qui « s’est mise totalement au service de François Fillon », souhaite « une alternance forte et claire ». Elle s’est félicitée de la « très grande ouverture » du candidat de la droite à la société civile et a souligné qu’entre les programmes de Fillon et de Juppé, « il n’y a qu’un petit ruisseau qui les sépare car les deux, sur le plan économique, assument un vrai projet de droite libérale ». Répondant aux critiques faites par certains sarkozystes à Fillon, elle a insisté : « Il ne s’agit pas de laisser les plus démunis au bord du chemin mais de parler à tous. »

L’ancienne chef d’entreprise a confirmé qu’elle ne serait pas candidate aux législatives car la loi sur le non-cumul des mandats l’aurait « empêchée de rester première adjointe (à Bordeaux) et vice-présidente de la métropole ». « Je trouve très compliqué de briguer des élections successives, et je n’ai pas envie d’abandonner ma mission au milieu du gué », a-t-elle fait remarquer. Interrogée sur les prochaines élections municipales, elle a clairement déclaré que « la succession (d’Alain Juppé) n’est pas ouverte .  Je ne fais pas partie de ces personnes qui se projettent ».

Recent Posts