Par Caroline Campagne

le 25 janvier 2017

A

ttendu mercredi dans le département, François Fillon, candidat LR à l’élection présidentielle, devrait déjeuner au restaurant bordelais La Tupiña avec Alain Juppé. Et cela, après une visite de l’entreprise Dassault systems à Mérignac, en compagnie de ses soutiens girondins. Dans son organigramme de campagne, cinq personnalités du département, élues ou issues de la société civile apparaissent.

« François Fillon a été élu à la primaire avec un projet. Il souhaite à présent l’affiner. D’où la création de commissions à thèmes », résume son porte-parole girondin, Yves d’Amécourt. Le maire de Sauveterre-de-Guyenne anime pour sa part le réseau agriculture, et un sous-groupe sur les collectivités territoriales. « Son programme annonce un référendum sur la fusion départements/régions, nous devons donc nous y préparer », poursuit-il.

La première adjointe d’Alain Juppé, Virginie Calmels, a aussi rejoint les troupes fillonistes sur le thème de la société civile aux côtés, entre autres, de la navigatrice Maud Fontenoy. Bras droit d’Alain Juppé pendant les primaires, elle devrait profiter de la venue de François Fillon à Bordeaux mercredi pour lancer officiellement son mouvement Droitelib’.

Un autre girondin, sur la liste de Virginie Calmels aux dernières élections régionales, a également été sollicité. Il s’agit de l’ancien cavalier champion olympique Pierre Durand, en charge du volet sportif du candidat.

Surprise, la sénatrice et maire de Gujan-Mestras Marie-Hélène des Esgaulx a été choisie dans la commission tourisme et compte s’impliquer.

Une Bordelaise en vue

La bordelaise Viviane Chaine-Ribeiro, chef d’entreprise à la tête de Talentia Software, un éditeur de logiciels, présidente de la fédération Syntec (1 250 entreprises d’ingénierie et de services informatiques) fait aussi partie de la commission société civile, où elle occupe une place de choix. Cette femme de 63 ans, au parcours atypique, pourrait même bien être ministrable si Fillon est élu président. Entrée au Medef en 2014, elle y a bousculé les codes. Pierre Gattaz l’a nommée au bureau de l’organisation. La Bordelaise filloniste s’oppose au président de l’UIMM Alexandre Saubot, également candidat non déclaré à la tête du patronat, en vue du remplacement de Pierre Gattaz, en 2018.

Recent Posts