LES ECHOS 

N

ous allons avoir un vrai sujet de discussion autour de la répartition des compétences économiques entre métropoles et régions.

Selon l’Insee, les métropoles représentent 39 % de la population, 43 % de l’emploi et 50 % de la valeur ajoutée. Elles vont, en outre, voir leurs pouvoirs renforcés en 2015. C’est le bon niveau pour traiter des problèmes économiques, compte tenu de la proximité avec les entreprises. C’est dans cet esprit que se forge l’alliance entre les métropoles et les CCI.

Pour créer de la valeur et booster l’économie, des initiatives comme Connect aux Etats-Unis visent à créer, au niveau des villes, un esprit de collaboration entre les entrepreneurs, les talents, les universités et les écoles, les collectivités, les fonds d’investissement, etc. Il s’agit d’un enjeu majeur et ces initiatives ont prouvé outre-Atlantique leur efficacité grâce au décloisonnement des différents acteurs.

Il ne s’agit pas de revenir sur le rôle de la région, qui est d’ailleurs un peu le bras armé de l’Etat, étant donnée l’importance des sommes qu’elle gère en son nom et celui de l’Europe. La région doit garder ses compétences, notamment pour l’animation des pôles de compétitivité, mais la métropole doit également avoir un rôle majeur dans le domaine du développement économique, notamment pour structurer l’écosystème local et lui permettre d’attirer les investissements privés nationaux et internationaux. Je vois la complémentarité entre métropole et région comme très positive, tant que les objectifs sont communs, que l’on parvient à faire mieux sans augmenter les coûts et sans perdre de vue que nous devons être des facilitateurs au service des entreprises.

 

 

http://www.lesechos.fr/17/09/2014/LesEchos/21773-567-ECH_virginie-calmels-adjointe-au-maire-de-bordeaux—–la-metropole-est-au-bon-niveau-pour-traiter-de-l-economie–.htm?texte=Virginie%20Calmels

Recent Posts