Jérémy Jeantet pour Sud Radio

L

a première adjointe à la mairie de Bordeaux, Virginie Calmels, « ne veut pas laisser s’installer l’idée que les progressistes seraient forcément dans le camp d’Emmanuel Macron ».

Invitée du Grand Matin Sud Radio, Virginie Calmels a réagi au baromètre de la présidentielle Ifop-Fiducial pour Sud Radio, I-Télé et Paris Match qui donne François Fillon derrière Marine Le Pen au premier tour et confirme la dynamique Emmanuel Macron.

Même si elle exhorte à la prudence face aux sondages, la première adjointe à la mairie de Bordeaux, membre du parti Les Républicains et fondatrice du mouvement DroiteLib a ciblé l’ancien ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, voyant dans sa candidature « un péché d’orgueil ».

« Est-ce qu’on veut continuer avec la politique économique désastreuse du Gouvernement ? Est-ce qu’on a envie de reprendre pour 5 ans de socialisme dans ce pays ? Est-ce qu’on veut de l’homme qui murmurait à l’oreille de François Hollande ? », a-t-elle interrogé.

« Je ne veux pas laisser l’idée s’installer que les progressistes seraient forcément dans le camp d’Emmanuel Macron, a lancé Virginie Calmels. On peut être de droite et progressiste sur certaines questions. On peut être de droite, libéral et en même temps humaniste. Il faut arrêter avec la caricature. Ce qui me dérange, c’est quand M. Macron a l’air de s’arroger le monopole des progressistes contre les conservateurs. »

Interrogée sur Alain Juppé, plutôt discret depuis la fin de la primaire de la droite, Virginie Calmels a assuré que le maire de Bordeaux est « passé à une autre étape » et « heureux de revenir dans sa fonction ».

Ecoutez l’interview de Virginie Calmels, première adjointe à la mairie de Bordeaux, membre du parti Les Républicains et présidente du mouvement DroiteLib, invitée du Grand Matin Sud Radio: http://www.sudradio.fr/Actualite/France/La-candidature-de-Macron-un-peche-d-orgueil-pour-Virginie-Calmels

Recent Posts